Back
Image Alt

Rompre promesse d’embauche : comment rétracter une promesse d’embauche ?

La promesse d’embauche est un acte unilatéral adressé à un salarié par un employeur, pour l’informer de sa volonté de l’embaucher dans son entreprise. Cela survient habituellement après une campagne de recrutement. Toutefois, il peut arriver qu’à l’issue du contrat d’embauche l’un des deux partis décide de rétracter sa promesse. Dans ces cas, il y a certains éléments importants dont il faut tenir compte. Découvrez plus de détails dans cet article.

Rétractation d’une promesse d’embauche de la part de l’employeur

Qu’il s’agisse d’une promesse unilatérale ou d’une offre de contrat de travail, l’employeur peut rompre promesse d’embauche s’il le souhaite. Ainsi, tant que le candidat n’a pas accepté l’offre de travail de son employeur, ce dernier peut se rétracter sans dommage. Cependant, lorsqu’il a donné un délai de réflexion au salarié, il ne peut pas rétracter sa promesse d’embauche avant le délai d’expiration.

A lire en complément : Comment demander à votre employeur une rupture conventionnelle ?

S’il le fait, il serait soumis à des dommages et intérêts qu’il devra verser au candidat si un préjudice a été subi après l’offre d’emploi. Lorsqu’il s’agit d’une promesse unilatérale de contrat de travail, l’employeur peut aussi se rétracter. Dans ce cas, les conséquences pourraient être plus graves. En effet, lorsqu’il est question d’une rétractation dans le cadre d’une promesse unilatérale de contrat ou offre de travail, cela est semblable à un licenciement injustifié.

L’employeur est donc obligé de verser des indemnités au candidat, s’il n’avait pas formulé une promesse d’embauche conditionnelle. La sanction demeure la même lorsqu’il se rétracte durant le délai de réflexion fixé à l’entame du contrat. Il faut noter qu’une promesse d’embauche unilatérale ou non peut être soumise à la mise en place de certaines conditions. Cela s’appelle une promesse d’embauche conditionnelle. La condition peut être un examen ou une obtention de diplôme.

A lire en complément : Comment rédiger la synthèse d'un bilan de compétences ?

Ces conditions doivent être mentionnées dans le contrat de promesse d’embauche par l’employeur. Ainsi, lorsque l’une de ces conditions n’est pas remplie par le candidat avant l’expiration du délai inscrit dans le contrat, la promesse d’embauche ne tient plus. C’est la même chose qui arrive lorsqu’après établissement de la promesse d’embauche unilatérale, un délai est imposé au salarié pour remplir les conditions indiquées.

Dans ce cas, l’employeur est en droit de se rétracter. En effet, il s’agit là d’un motif légitime qui justifie la rupture de la promesse d’embauche adressée au salarié. C’est une situation qui libère le candidat et l’employeur de toute obligation. Il n’y a aucune sanction et personne n’est obligé de payer une amende issue de la rupture du contrat de travail.

En ce qui concerne la procédure de rétractation d’une promesse d’embauche unilatérale, il faut écrire une lettre. Celle-ci stipulera que vous souhaitez revenir sur votre promesse et si possible les raisons d’un tel changement de décision. Vous trouverez des modèles de ces lettres sur internet. Vous pouvez aussi exprimer le désir de vous rétracter de votre offre de promesse d’embauche par voie orale. Pour cela, il faut contacter le salarié censé signer le contrat de travail et lui exposer les faits.

Rétractation d’une promesse d’embauche de la part d’un candidat

En tant que candidat ou futur salarié vous avez également la possibilité de rompre promesse d’embauche. Lorsqu’après l’offre d’emploi proposé par votre employeur vous acceptez le contrat, vous subirez des conséquences si vous décidez de vous rétracter. Vous serez donc amenée à payer des dommages et intérêts. Toutefois, cela peut ne pas être le cas si vous avez bénéficié d’un délai de réflexion avant la signature de la promesse d’embauche unilatérale.

Dans ce cas, votre retrait peut être le résultat de votre réflexion. Il faut néanmoins noter qu’il est rare qu’un candidat décide de rompre promesse d’embauche. Par ailleurs, pour obliger ce dernier à payer des dommages et intérêts, le préjudice est évalué compte tenu de certains éléments. Ainsi, le degré de perturbation de l’activité de l’entreprise est pris en considération.

En outre, une analyse de la mise en œuvre du dispositif de recrutement est réalisée. L’importance des fonctions du salarié est aussi prise en compte. Tout cela aidera à fixer les sanctions. Pour ce qui est du moyen par lequel se fait la rétractation d’une promesse d’embauche de la part d’un candidat, il n’y en a pas une précise. En réalité, si vous êtes salarié et que vous souhaitez rompre promesse d’embauche unilatérale, vous pouvez le faire par voie écrite ou orale. L’important est que vous le fassiez avant le délai de réflexion pour ne pas subir les conséquences de votre décision.

Les conséquences légales de la rupture d’une promesse d’embauche

La rupture d’une promesse d’embauche peut avoir des conséquences légales importantes, tant pour l’employeur que pour le candidat. En effet, lorsque la promesse d’embauche est rompue de manière unilatérale par l’une des parties, cela peut constituer une violation du contrat et donner lieu à des réparations financières.

Du côté de l’employeur, si ce dernier décide de rompre la promesse d’embauche après avoir fait une offre ferme au candidat, il pourrait être tenu responsable vis-à-vis du candidat. Dans certains cas, le candidat pourrait obtenir des dommages et intérêts correspondant aux préjudices subis en raison de cette rupture brutale. Ces préjudices peuvent inclure non seulement les perturbations dans la recherche d’un nouvel emploi mais aussi les dépenses engagées par le candidat suite à cette offre (par exemple : frais de déménagement ou frais liés à la recherche d’un logement dans la nouvelle ville).

D’un autre côté, si c’est le candidat qui décide de se rétracter après avoir accepté l’offre d’emploi proposée par l’employeur, il peut aussi être tenu responsable également. Selon les dispositions contractuelles en vigueur et selon le droit du travail applicable dans chaque pays, le candidat pourrait se voir demander de payer une indemnité compensatoire à l’employeur pour couvrir les éventuels préjudices subis suite à sa décision.

Il est aussi recommandé de privilégier la communication transparente entre l’employeur et le candidat tout au long du processus d’embauche. Si une situation imprévue survient ou si l’une des parties souhaite revoir les termes initiaux, il est préférable que cela soit discuté ouvertement pour éviter les malentendus et trouver un accord mutuellement satisfaisant.

Rompre une promesse d’embauche peut avoir des conséquences légales significatives. Il faut bien comprendre leurs droits et obligations contractuels avant toute décision définitive. La transparence et la communication ouverte sont des éléments clés pour éviter les conflits futurs et préserver une relation professionnelle saine entre l’employeur et le candidat.

Les alternatives à la rétractation d’une promesse d’embauche : comment éviter les litiges ?

Face à la complexité et aux conséquences potentielles d’une rétractation de promesse d’embauche, il est préférable pour toutes les parties concernées de chercher des alternatives afin d’éviter les litiges. Voici quelques pistes à explorer :

Renégocier les termes : Si l’une des parties ressent le besoin de modifier certains éléments du contrat initial, il peut être judicieux de se mettre autour de la table et discuter ouvertement pour trouver un terrain d’entente satisfaisant pour tous.

Proposer une période d’essai : Dans certains cas, plutôt que rompre complètement la promesse d’embauche, il peut être envisageable pour l’employeur comme pour le candidat de convenir d’une période d’essai permettant ainsi à chacun de tester si cette collaboration convient réellement.

Recourir à une médiation : Lorsque les discussions deviennent trop tendues ou qu’un accord semblait difficilement atteignable, faire appel à un médiateur externe peut s’avérer bénéfique. Un tiers neutre et impartial aidera les deux parties à trouver des solutions mutuellement acceptables sans passer par une procédure contentieuse.

Explorer des options alternatives : Il est aussi possible que l’on réalise en cours de route que finalement cette embauche n’était pas nécessaire ou souhaitée par l’entreprise ou le candidat lui-même. Pour éviter toute rupture contraignante, il serait alors intéressant d’explorer ensemble différentes options qui seraient plus appropriées telles que le recours au travail temporaire, au freelance ou encore au partage salarial.

Il faut coopération et respect mutuel. Les deux parties doivent faire preuve d’ouverture d’esprit, d’honnêteté et de transparence afin de trouver des solutions équitables pour tous.

Rompre une promesse d’embauche peut entraîner des conséquences juridiques importantes pour les employeurs comme pour les candidats. Il est donc préférable d’éviter autant que possible cette situation en privilégiant la communication transparente dès le départ et en cherchant activement des alternatives lorsque cela s’avère nécessaire. La recherche du consensus et l’introduction de clauses contractuelles permettant aux deux parties de se rétracter sans engendrer de litiges peuvent aussi être bénéfiques dans ce processus.